Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Alice&Co - Le blog 100% féminin

Alice&Co - Le blog 100% féminin

Alice & Co, c'est le blog 100% féminin où trouver les tendances du moments, les conseils beauté, des tests produits et tout ce qui s'y assorti!

Lettre de Maman à toi... mon fils!

Publié par Alice H. sur 3 Août 2017, 18:30pm

Catégories : #Divers

Avant toi mon amour, une autre petite graine a germée dans le ventre de maman..

Après plusieurs mois d'essais, elle a fini par arriver... Maman souhaitait à tout prix un petit garçon. Mais Madame De Gottal, la gynécologue de maman, semblait apercevoir une petite fille. Cela n'était pas un problème, je l'aimerais tout autant. Mais à 2 mois et demi, son petit coeur s'est arrêté de battre. Et c'est le soir de Noel 2014, le 25 décembre que ta grande soeur s'en est allée. Le soir de Noel mon ange.. Comment ne pas fondre en larmes?! Maman n'avait pas eu beaucoup de chance. 

Et c'est un mois plus tard, alors que maman et papa avait tant trimés pour avoir le premier, que le test de grossesse s'est avéré de nouveau positif. Cela devait être le destin... Madame De Gottal voyait alors un petit garçon... Le bonheur de ta maman et ton papa était énorme. Maman souhaitait t'appeller Natanaëlle mais papa n'aimait pas beaucoup. C'est pourquoi, ils ont trouvé un compromis en t'appelant Nate, le diminutif. Il faudrait le prononcer à l'anglaise pour que cela soit le plus joli possible. Maman était fan de cette série: Gossip Girl. C'est là qu'elle a entendu ce prénom. Et papa aimait beaucoup cette prononciation américaine. 

La grossesse se passait sans ébauches. Maman a pris 17kg.. Mais c'est sans compter comme tu étais pressé de sortir... C'est à 8 mois que tu as décidé de sortir le bout de ton nez, le 13 octobre 2015. Maman savait que c'était probablement de sa faute... Elle était pressée et stressée à la fois. Irais-tu en néonat'? 

Par chance, tu n'en as pas eu besoin... Tu faisais 48cm et pesait environ 2,5kg. Lors de ta sortie, papa était confus... Il disait que tu avais une tête de fusée! Ton crâne était allongé car la sortie fût compliquée pour toi. Mais tout cela s'est arrangé après quelques heures.

Lorsque la gynécologue de maman est venu rendre visite dans la chambre, elle ne cessait de dire comme tu ressemblais à papa. Et maman riait car elle disait que tu ressemblais à un petit troll. La gynécologue éclatait de rire à chaque fois. C'est vrai mon amour, malgré que je t'ai toujours trouvé le plus beau, un bébé naissant reste tout fripé. Toi, tu avais le nez complètement écrasé tel un boxeur. Tu étais coincé à la sortie... Et tes quelques cheveux faisait penser à ces petits trolls jouet que maman avait quand elle était petite. Mais ces traits te rendaient unique et si mignon.

Venait déjà la deuxième frustration... Tu ne parvenais pas à allaiter comme il se doit. Maman s'en voulait. Elle ne savait pas vraiment pourquoi. Mais elle s'en voulait...

Et puis le jour de la sortie de l'hôpital est arrivé. C'était un dimanche, l'hôpital était vide et nous étions en plein automne. Papa passa la porte le premier avec ton maxi cosy... Maman suivait difficilement, car elle avait eu une épisiotomie. Et arrivé devant cette grande porte de l'hôpital qui s'ouvrait, elle a fondu en larme... Elle s'en souvient comme si c'était hier: la porte s'est ouverte, les feuilles s'envolaient à l'extérieur et le vent soufflait paisiblement. Elle s'est mise à pleurer et papa s'est retourné pour venir vers elle. Maman avait si peur... Peur de quitter un lieu où on l'aidait pour une vie de jeune maman qu'elle ne connaissait tellement pas...

Mais ce fût des inquiétudes non nécessaires... Elle s'en est bien assorti avec le peu de connaissances qu'elle avait. 

Les premiers mois n'étaient pas simples pour toi mon coeur... Tu as fais plusieurs bronchiolites qui ont fait que tu as passé du temps en pédiatrie. Maman t'accompagnait toujours... Tu as également dû être opéré du nombril car tu avais cette boule qui grandissait de jour en jour. Le chirurgien a pris la décision de t'opérer alors que tu étais encore trop petit. Mais cela était nécessaire. Tu as eu une anesthésie générale; ce qui est assez rare chez un nouveau né. Mais à ton réveil, Maman était encore et toujours là. Tu étais dans ce petit lit en plastique, relié à tous ces tubes. Maman aurait aimé prendre ta douleur. Elle aurait tout fait pour être à ta place mon ange...

Quelques mois plus tard, c'est une pneumonie qui l'a emporté sur ton petit corps. Il a fallu du temps pour la découvrir. Tu as passé 10 jours à l'hôpital. Tu étais si mal mon amour... Ta température ne parvenait pas à descendre sous les 39 malgré les nombreux médicaments que tu prenais. Pendant ce temps, papa venait te rendre visite après le travail et maman restait avec toi. Elle a dormi sur un petit lit durant tout ce temps à s'inquiéter pour toi.. Elle pleurait pour toi. Comment un si petit être pouvait endurer tant de choses ??

Mais les professionnels ont bien fait leur travail... Et nous sommes sortis ensemble mon bébé.

Pendant tout ce temps, tu continuais à sourire. Chaque jour passant, ton sourire prenait le dessus sur tes douleurs. Papa et maman étaient si fières de toi...

Arrivé tes 7 mois, un autre problème s'est posé... Depuis la naissance, tu souffrais de plagiocéphalie dû à un torticolis. Ton crâne était extrêmement plat à l'arrière. Tu dormais toujours du même côté car ton cou bloquait... Et malgré les séances chez le kiné, cela ne s'arrangeait pas. Papa et maman ont donc pris la décision de te mettre un casque spécialement conçu pour ce genre de problème. Tu devrais le porter plusieurs mois, 23h/24... Maman s'en voulait encore une fois... Mais c'était pour ton bien.

Tu transpirais énormément dedans car nous étions en été. Mais tu étais brave et courageux, tu le gardais malgré tout... Tu étais si souriant malgré cette nouvelle épreuve. 

Lorsque tu allais promener, les gens se retournaient... Mais papa et maman s'en souciaient peu. Car cette petite différence te rendait unique. Tu étais le parfait exemple du petit bonhomme qui endurait tout et était d'un courage monstre. Et encore une fois, ton sourire l'emportait sur tout. Tu étais différent et si beau. Tes petites joues ressortaient d'autant plus fort et te donnait un aire d'arsouille.

Mais comme toujours, le temps a arrangé les choses. Tu as fini par enlever ton casque 5 mois plus tard. Ton visage était si différent. Maman voyait petit à petit un véritable petit garçon et non plus un bébé... Souvent, elle avait des montées de larmes... Elle se rendait compte que tu grandissais chaque jour un peu plus et qu'un jour, tu ne serais plus son gros bébé.

Aujourd'hui, ton évolution est inimaginable. Mais maman est très souvent frustrée...

Souvent, ton envie de souper se fait très tôt, vers 17h30. Papa et maman ne mangent pas si tôt, c'est pourquoi maman t'installe à table et te fais ta petite tartine. Elle s'assoit alors près de toi et te regarde... Et elle a de la peine. De la peine de te voir manger seul à table et de ne pas t'accompagner. Elle sait qu'elle est pourtant juste à côté mais elle est triste. Pourtant, comme toujours, toi, tu souris et ris. 

Depuis ta naissance, chaque personne qui te croise ne peut s'empêcher de dire à quel point tu es toujours souriant et de bonne humeur. 

Ton sourire naturel te permets de donner le sourire à quiconque te croise. La personne la plus dépressive au monde ne pourrait s'empêcher d'extirper un sourire en te voyant. Ta personnalité attachante te rend unique mon coeur...

Maman s'est toujours promis de se lancer un défi: te faire rire aux éclats chaque jour. Et devines quoi? Elle y est toujours parvenue... Mais c'est sans compter sur ta complicité avec elle. Elle t'aime tellement... Elle ne peut s'empêcher de t'embrasser à longueur de journée quelle que soit la surface apparente de ton petit corps. Ta peau si douce amène l'envie de te câliner. C'est toujours ce qu'a pensé Maman...

Et pour combler ses frustrations quotidiennes, elle ne pouvait s'empêcher de te combler d'amour. A chacun de tes passages à ses côtés, elle t'extirpait un baiser. 

Maman dit sans arrêt que tu lui rends si bien... Elle se souviendra toujours de ce jour où, en te mettant au lit, tu l'as appelé... Et quand elle s'est retournée, tu lui as dis "Maman... Je t'ai". Elle n'a cessé d'en parler chaque jour. 

Mais comme chaque enfant, tu aimais jouer et tester papa et maman. C'est pourquoi, il arrivait qu'on te gronde. Tu savais que tu avais mal fait alors tu pleurais. Maman était mal. Mal de voir que tu lui rendais si bien son amour mais qu'elle devait se fâcher. Alors elle t'ouvrait les bras et tu y courrais sans tarder. 

Mais venait toujours ce moment dans la soirée où il était temps d'aller dormir. Ton petit corps a toujours eu besoin de beaucoup de sommeil. Papa et maman ont décidés de te mettre au lit vers 19h-19h30. Mais certains jours où maman était seule et avait besoin de repos, il arrivait qu'elle te mette quelques minutes plus tôt au lit. Et de nouveau, elle s'en voulait énormément... Tu rentrais de la crèche, allais te laver, mangeais et jouais un peu. Il était déjà l'heure d'aller dormir. Maman se sentait égoïste... Elle s'en est toujours voulu. POurtant, tu t'endormais directement... Tu devais donc en avoir besoin...

D'autant plus quand elle pensait à tes réactions lorsque papa ou maman rentrait à la maison. Tu les accueillais toujours en criant de joie. Tu courais vers eux en les serrant dans tes bras. Tu étais si attendrissant. Encore une fois, ton petit sourire ne pouvait que leur rendre le moral. 

Ton aire d'arsouille les faisait fondre... Tu aimais jouer et les faire tourner en bourrique pour rigoler. Et ils tombaient toujours dans le panneau. Mais ca les faisait craquer...

C'est sans compter sur ta petite bouille lorsque quelque chose t'émerveille ou te fait bouder. Tu as cette manie de faire une petite bouche en "cul de poule" qui nous fait rire. Tes petites lèvres en avant et tes joues toutes gonflées.

S'ajoute à cela tes petits au revoir déchirants lorsque papa ou maman s'en va. Tu tends la main en faisant signe et de ta petite voix toute douce, tu extirpes un "Tantôt papa, tantôt maman". A ce moment là, une seule envie vient à maman: te serrer le plus fort possible dans ses bras. Car oui, tu vas lui manquer... Et tu lui manques déjà. 

Tu égayes tellement leurs journées. 

Aujourd'hui, tu as 22 mois... Mais pas un jour ne passe sans que maman ne se tracasse... Elle ne peut arrêter de penser qu'un jour elle ne sera plus là pour toi... Elle ne peut s'arrêter de penser qu'en grandissant, tu auras encore plus dur qu'elle a trouver du travail, à finir tes fins de mois et à rattraper les erreurs de tes ainés. Si seulement elle pouvait te garder tout petit auprès d'elle...

Mon amour... Si maman te dit tout cela aujourd'hui, c'est parce qu'elle a peur pour ton avenir. Elle est frustrée de ne pouvoir te donner plus et de pouvoir t'aider plus aisément. 

Mais la seule chose que tu dois retenir mon ange, c'est que quoi qu'il se passe, quoi qu'il arrive, ta maman seras toujours là pour t'écouter et te protéger. Tu es l'homme de sa vie. C'est ce qu'elle dit...

 

Alors... saches-le, ta maman c'est pour la vie.

Je t'aime mon fils... <3

 

_________________

Une maman, qu'on s'en apercoive ou non, est toujours frustrée.

Frustrée et triste de ne pouvoir faire plus pour ses enfants. Frustrée de devoir déposer en 4ème vitesse son amour à la crèche ou à l'école et ne le revoir qu'au soir. Frustrée de ne pouvoir le voir le voir le week-end car il faut travailler. Frustrée de ne pouvoir prendre sa douleur quand il est mal...

Depuis la naissance de mon fils, je ressens tant d'émotions. Et quoi de mieux que d'écrire... 

 

Une mère et un père, c'est un cadeau. Alors gardons le meilleur et oublions les erreurs.

 

 

Commenter cet article

nuage-de-chocolat 08/08/2017 21:56

Très beau texte dans lequel je me reconnais et beau blog! Bienvenue dans la communauté des mam'ours! et a tres vite!

Alice H. 09/08/2017 08:04

Merci merci, je pense que seules les Maman sont peuvent comprendre ;)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents